AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Krystal Abaléa - Dracks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Krystal Abaléa
Chasseresse
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 21

Feuille de personnage
Age: 20 ans.
Race: Félïn.
Présentation: http://celestianne.forumgratuit.org/t205-alycia-del-seyan-felin

MessageSujet: Krystal Abaléa - Dracks   Sam 9 Aoû - 16:23


Krystal Abaléa

"On ne peut renier ce que l'on est. Mais on peut essayer..."





  • Nom: Abaléa
  • Prénom: Krystal
  • Surnom: Aucun
  • Âge: 26 ans
  • Race: Dracks
  • Rang: Chasseresse
  • Armes: Un arc, une dague




♦Description Physique♦


J’ai l’air d’un monstre. Ah non, je suis un monstre. Pire encore : une Dracks.
Mais seulement en apparence.
Ah, ça oui, j’en ai bien hérité. Comme tous Celestiens, j’ai trois formes, mais étrangement, je préfère l’intermédiaire. Etrange car j’ai du mal à supporter ma nature, mais elle est la plus pratique pour ne pas me faire trop repérer dans le Noctus. Ma chère patrie. Cette forme ne diffère guère de celle de l’humaine, mais est bien plus puissante. Ma nature de dragon ressort beaucoup, grâce à ces yeux jaunes luisants sur une peau pâle à faire peur, presque blanche. En effet, je ne prends pas beaucoup le soleil, sur les terres désertiques et plongées dans l’obscurité du Noctus… c’est d’ailleurs pour cela que mes yeux luisent autant, ils me permettent de mieux voir dans la perpétuelle nuit de mes terres. En revanche, quand je m’aventure hors de là, ça devient plus compliqué, car mes yeux trop sensibles sont presque aveuglés par la luminosité.
 
On pourrait dire que je ne suis pas des plus laides, avec cette peau blafarde, mes longs doigts fins qui se terminent… et non ratés, pas de griffes !, mais des ongles beaucoup plus résistants et tranchants que sous ma forme humaine ; mes étranges tatouages qui ornent mon omoplate et mon dos ; et mes oreilles pointues qui me permettent également d’améliorer mon ouïe. Mais qui pourrait dire que je suis belle ? Certainement pas moi, surtout avec ce que j’ai sur la tête… ces petites cornes entourées de deux plus grosses, celles-ci recourbées… ces cornes du mal. Elles ressemblent beaucoup à celles des démons qui peuplent les livres, trahissant aisément ma nature.
Les bijoux que je porte pour détourner le regard de ces cornes sont peine perdue, car c’est ce que tous regardent en premier lieu en me voyant.
Mais je l’ai volontairement choisi, même si j’en ai horreur, pour montrer que sous mes airs doux il y a peut-être plus que ce qui parait. Pour que l’on me fiche la paix.
 
Mais j’utilise également ma forme animale pour me sortir de fâcheuses situations. En effet, j’ai hérité de mon père la taille volumineuse et donc peu pratique du dragon. Je ne l’utilise qu’en de rares occasions… voir se promener un dragon d’envergure imposante n’est utile que pour se faire repérer, ce que je veux à tout prix éviter.
Cette forme animale n’a que la taille d’imposant. De simple couleur grise, un corps robuste et relativement puissant bien que fin, parcouru d’écailles me permettant de résister aux fortes chaleurs –ce qui m’est aussi donné sous forme intermédiaire–, il est aisé de distinguer mes faiblesses au niveau du cou et des yeux, et de voir que les membranes de mes ailes, bien que résistantes, soient fines et facile à lacérer. Mes yeux sont de la même couleur jaune et perçants, assez grands et vulnérables.
C’est pour cela que je préfère la forme intermédiaire, je suis beaucoup moins vulnérable et moins facile à repérer.
 
La forme humaine… Je ne l’utilise que très rarement. Je n’aime pas me sentir vulnérable, et ce serait une erreur qui me serait fatale dans ce monde. J’y ressemble beaucoup à la forme intermédiaire, avec une peau tout aussi blanche, les mêmes tatouages, mais avec de jolis et profonds yeux bleus. C’est d’ailleurs la seule chose que je regrette sous mes autres formes. Mes oreilles reviennent à leurs proportions normales, mes cornes disparaissent pour laisser place à de sauvages cheveux bruns qui n’en font qu’à leur tête. Toujours avec des bijoux, j’aime bien malgré tout prendre soin de moi. Des tenues à la fois pratiques et esthétiques, toujours sombres.
Une jeune femme normale comme vous ne la verrez sûrement jamais sous cette forme.


♦Description psychologique♦
Je me suis toujours sentie un peu à part des autres Dracks. Pas physiquement, je ne leur ressemble que trop, mais mentalement. Je n’arrive pas, plus, à penser comme eux… Les Dracks ne sont que des brutes. Je suis peut-être née chez le mauvais peuple, mais qu’importe. Je ne suis pas du genre à me plaindre. Leur jeu de pouvoir ne m’intéresse pas. Ne m’intéresse plus. Il me dégoute. Je suis une Drack étrange, n’est ce pas ? Vous comprendrez bien vite. Mais je n’ai pas le choix pour survivre. Le problème ici, c’est que les plus faibles servent les plus forts, c’est comme ça. Je ne m’assimilerais jamais à leur concept, même si cela signifie que je ne serais jamais puissante. Malgré tout, je ferais ce qu’il faut pour garder ma liberté, à laquelle je tiens plus que tout. Qu’importe le reste, tant que je suis libre dans mes pensées et dans mon corps.

Jamais je ne les servirais. Je ne suis pas comme eux, je ne le serais jamais. C’est une promesse que je me suis faite il y a de cela bien longtemps, et je ne suis pas du genre à faillir à ma parole. Bien que cela soit considéré comme une grande faiblesse au sein des Dracks.
C’est peut-être ça : je suis faible, même si mon apparence pourrait laisser présager le contraire. Mais si c’est le prix à payer pour ce qu’il s’est passé, je l’accepte avec joie. Qu’on pense ce que l’on veut de moi, si vous saviez à quel point cela m’est égal. C’est ce que j’ai appris à faire, me détacher de ce que pense les autres pour pouvoir rester moi. Si pour arriver au pouvoir il faut tout sacrifier, ce que l’on est et ce que l’on pense, je vous le laisse volontiers.
Il est vrai tout de même que je suis quelqu’un… d’assez fière. Oh, n’ayez pas pitié de moi, je n’en ai pas besoin. Je n’ai besoin de rien ni personne. Je me suis refusée à cela depuis bien longtemps.

Néanmoins… avoir de belles pensées, c’est bien beau, être mort pour les avoir eus ou devoir les servir n’est pas mon but. Alors je suis tout autant capable de les cacher, de me réfugier derrière mon apparence de sauvage pour qu’on me fiche la paix. Il doit me rester tout de même, tout au fond, une part de « vrai » Drack, de noirceur, de violence. Comme à chacun d’entre nous qui choisit le bien ou le mal, il reste toujours une part de bien ou de mal, enfoui plus ou moins selon les personnes. Moi, je me sers de ce côté-là quand je n’ai pas le choix.
Contre ceux qui me veulent du mal –et chez les Dracks ils sont à foisons, ceux qui cherchent des noises–, ceux qui tentent de me corrompre ou qui veulent me montrer leur puissance, et tous ces minables de ce genre, il est très simple de m’en sortir. Grâce à mes « généreux » parents, j’ai hérité de bon nombre d’avantages physique pour les combats. Ne sous-estimer pas le fait que je ne suis qu’une femme.
Et j’avoue que j’en use parfois avec grande satisfaction. On ne peut renier complètement sa nature… et voir ceux qui te veulent du mal réduits à néant procure un sentiment unique.
Je vous l’ai dit, je tiens à ma liberté plus que tout. Pour cela, je serais prête à tout. C’est pour ça que ruser, j’y arrive de mieux en mieux. Manipuler. Mais pas de trop, car je sais que c’est une des grandes facettes des Dracks. Auxquels je me suis promis de ne pas ressembler, même si cela devient dur…

A cause de tout cela et de certains événements, j’ai développé une tendance assez forte pour la solitude et l’isolement. Je ne tiens pas plus que ça à développer des liens avec mon peuple. Il m’a bien trop dégouté. Il me méprise, me prends sans doute pour une faible, et je le lui rends bien. Je ne peux pas non plus aller dans d’autres contrées que le Noctus, les autres peuples méprisant très souvent les Dracks, moi y compris.

On ne peut renier ce que l’on est. Mais on peut essayer.

♦Histoire♦
Je ne suis pas née dans la bonne famille. Ce n’est pas pour me plaindre, c’est un fait. Ou alors, c’est simplement à cause des événements qui se sont passés. A vous de décider… Oh, ce n'est pas une histoire bien palpitante.
Ma famille est de Celestianne, que je n’ai jamais quitté, jamais entendu parler de plus loin. Ça ne m’intéresse pas, d’ailleurs, même de savoir si il y a quelque chose, Celestianne est déjà assez grande. Déjà que je quitte rarement Noctus.
Donc, ma famille… ah, ma chère, très chère famille.

Mes parents… ils étaient comme les autres, n’avaient qu’un mot à la bouche : pouvoir ! Ils étaient tous deux chasseurs, tous deux dragons, tous deux fiers de leurs nombreuses et somptueuses proies qu’ils nous montraient, espérant que l’on devienne comme eux. Nous étions deux, ma sœur et moi, d’un an ma cadette.
Ils voulaient absolument que nous soyons de vrais Dracks, nous apprendre et nous former pour devenir plus puissants au mépris des autres. La force, l’argent, le profit, la manipulation, le combat, se faire craindre…  voilà tout ce qu’ils nous souhaitaient. Eux-mêmes n’avaient pas d’ambitions moindres.

Dans mon enfance, j’étais loin d’être celle que je suis aujourd’hui. Je ne connaissais rien d’autre que ce que mes parents Dracks m’apprenaient. Je ne doutais pas qu’ils ne voulaient que le meilleur pour nous…  même s’ils ne le montraient pas toujours, ou d’une étrange manière. Ils voulaient être fiers de leurs enfants. Nous buvions tout ce qu’ils nous racontaient avec des étoiles dans les yeux. C’était tellement envoutant pour des enfants, d’entendre que nous pouvions être si puissants que tous nous craindrait, si nous le voulions… ils nous apprirent toutes leurs techniques de chasse alors même que nous n’avions pas encore atteint nos formes intermédiaires, à huit ans.
Arrivée à cet âge-là sans qu’il ne se passe grand-chose dans ma petite vie d’enfant Dracks que des petites bricoles, j’étais ravie quand je changeai en ma deuxième forme. J’entendais et je voyais mieux ! Mes yeux devenaient jaunes ! Pas d’ailes comme je l’espérais secrètement, seulement quatre ignobles cornes que je fus choquée de voir, qui me donnait l’air d’un monstre. Mais mes parents étaient ravis, même si ce n’était pas grand-chose, alors je fus contente également. Ne surtout pas les décevoir était quelqu’un chose de très important pour ma sœur et moi.

Entre elle et moi (Ruby, qu’elle s’appelait), ça avait toujours été la compétition. Qui arriverait mieux à ceci, qui parviendra à aller là… laquelle serait placée la plus haute dans l’estime des parents, de laquelle ils seraient la plus fiers… nous n’avons donc jamais tissé réellement de liens ensemble. C’était ce que je pensais en tout cas. Surtout que malgré qu’elle soit légèrement plus jeune que moi, elle arrivait mieux en tout. C’était d’elle dont mes parents étaient fiers. Elle était parfaite dans son rôle : apprenait vite à ruser, à manipuler, et n’hésitait pas à tout faire pour parvenir à ses fins.
Elle aussi finit par avoir sa forme intermédiaire, quelques mois après moi. En plus, elle l’avait en avance ! De magnifiques ailes, des griffes puissantes, des yeux fendus en amande, des écailles sur les épaules, les coudes et les genoux, la protégeant ainsi… j’étais devenue jalouse d’elle, du haut de nos 8 ans. Et ça n’irait pas en s’améliorant.

A mes dix ans, je n’attendais qu’une chose : devenir plus puissante avec ma forme animale. En espérant que ce serait une forme qui me le permettrait. Quand enfin ça se produisit… dans des circonstances tout a fait banales, j’étais certaine d’avoir monté dans l’estime de mes parents. Un dragon…  Tout comme Ruby, qui me rattrapa à nouveau bien vite.

Heureusement, j’avais autre chose pour me remonter le moral : je m’étais fais il y avait déjà longtemps une petite bande d’amis, avec laquelle je n’étais peut-être pas la plus puissante mais où j’étais intégrée. Encore plus quand nous avions tous eu notre forme animale. Même chez les Dracks, l’amitié peut exister, même si elle est souvent corrompue. C'était aussi le cas dans notre bande, mais qu'importe.
Je m’attachai particulièrement à l’un d’entre eux, Evan. Nous faisions souvent bande à part. Sa forme animale à lui était un serpent, un redoutable serpent venimeux. Petit mais dont il fallait se méfier. Nous nous entendions vraiment bien, tous les deux.
Les années passèrent doucement sans incident majeurs. J’étais à l’aise avec ma nature Dracks, ou presque. Je me rendais doucement compte que je n’avais pas parfaitement ma place. Il me manquait quelque chose… un je-ne-sais-quoi pour être ce qu’on voulait que je sois. Je mis longtemps à me rendre compte que cette vie de recherche de pouvoir n’était pas pour moi. C’est d’ailleurs un incident majeur qui m’aida à le comprendre, à moins qu’il ne fût né à ce moment.

Evan était tout le contraire de moi. Il était comme ma sœur. Ils avaient soif de pouvoir. Evan voulait devenir plus puissant, toujours plus puissant. Moi, je n’en voyais pas l’utilité, à part pour obtenir la fierté de mes parents que je cherchais de moins en moins.
Ce n’était pas un sujet de discorde, même si je ne le comprenais pas sur ce point. Il était toujours à la recherche d’un moyen pour devenir plus puissant, même alors que nous étions encore jeunes. C’est ce qui le conduisit à sa perte.

Nous avions grandis. Je ne reconnaissais plus Ruby. Ni Evan. Nos parents nous avaient laissés seules, pour que nous apprenions à nous débrouiller. Il ne fallait pas qu’on tente de les retrouver. C’est ça, notre famille Dracks. Apprenez à vous démerder. Ruby s’en accommodait fort bien. Evan avait changé. Je ne connais pas l’histoire exacte, mais… ça a mal tourné. Nous étions devenus de jeunes adultes Dracks, plein d’ambition. On lui avait proposé quelque chose, il refusait catégoriquement de me dire quoi, mais ça allait changer sa vie. Il s’en alla un matin.
Seul son cadavre revint. Je sus qu’il y avait un homme haut placé en jeu, une histoire de meurtre. Je retrouvais celui qui avait donné la possibilité à mon ami de se tuer ainsi. Et je réussis à le tuais à son tour. J’étais sans doute plus Dracks que je ne pensais.

C’est à partir de là que je jurais de ne jamais leur ressembler, malgré ce que je venais de faire. Cet épisode me marqua durablement. Je sus qui je voulais être, et qui je ne pouvais pas être dans cette nation corrompue et mauvaise. Je ne pouvais aller autre part que dans le Noctus, heureusement assez grand pour y vivre tranquillement, et fuir cet endroit.
Je fis de la chasse mon métier. C’était bien la seule chose que je savais faire. Malgré mon allure délicate, j’étais bien plus robuste que j’en avais l’air. Mes parents m’avaient appris suffisamment de choses pour que je sache me débrouiller. J’appris peu à peu à me servir d’un arc. Je n’étais pas spécialement douée, mais j’apprenais. Je voyageais dans tous le Noctus, ne restant jamais longtemps au même endroit. Je ne fréquentais mon peuple que lorsque c’était strictement nécessaire.

Bref, j’étais paumée.

Ce n’étais pas une vie qui me convenait, mais avais-je le choix ? Bientôt, quand j’en aurais le courage, je finirais par sortir de nos terres pour agrandir mon monde, visiter tout Celestianne. En me faisant discrète, évidemment.
Ou alors, mes envies finiront-elles par me dépasser, et céderais-je à ce que mes parents avaient toujours voulu que je sois ?

-------------------------------------------

  • Couleur des paroles:#ff6600
  • Comment trouvez vous ce forum? Magnifiquement trouvé, en espérant qu'il va redémarrer tout bien, il le mérite *-*
  • Comment avez vous trouvé ce forum? Me rappelle plus. Ah oui, et c'est l'ex-Alycia. Au cas où.
  • Code: [Validé par Arianne]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arianne Delvanté
Meneuse des Aeriens
avatar

Messages : 258
Date d'inscription : 06/02/2011
Age : 21
Localisation : C'est très simple... hum... C'est vrai ça, où suis-je en fait? O.o

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Race: Aeriens
Présentation:

MessageSujet: Re: Krystal Abaléa - Dracks   Sam 9 Aoû - 20:32

Alors alors, ma chère et tendre acolyte Cool
C'est d'abord et avant tout une très belle présentation! Le style est là, contrairement aux fautes, ce qui est plutôt génial. Il y a deux trois erreurs, mais c'est plus de l'inattention.
Je chipoterai un peu (parce que yé souis sadique! What a Face) en rappelant qu'on ne dis pas "le Noctus" ou je viens "du Noctus". C'est Noctus tout cours. C'est comme si on parlait de Paris. Je viens de Noctus, j'ai toujours vécu dans Noctus etc...

Sinon, simple remarque: Tu as fait une histoire assez similaire à celle de mon prochain Dc... Vilaine Cool Je vais essayer d'innover du coup, vile copiteuse! ~

Voila voila! Cette présentation est belle! Le personnage est complexe, avec ses contradictions qui le rendent réaliste. Il n'est pas parfait, mais très attachant. Son histoire est bien trouvée, intéressante. Bref, je ne vois aucune raison de ne pas te valider...
Mais bon, pour t'embêter, je ne te validerai pas!   Bienvenue une seconde fois à Celestianne, petite Dracks! Je me ferais un plaisir de rp avec toi!

EDIT: Je viens de remarquer qu'il n'y a pas l'image. Ce n'est pas très embêtant mais ça serait bien de le faire quand même!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Krystal Abaléa - Dracks
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hey ! Yo yo ! ShunYan is there !
» Baptême de Krystal [Terminé]
» [Sondage général] Votre top 10 des newcomers dans le nouveau Super Smash Bros
» Projet : HJ à votre image.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Celestianne :: Celestianne et ses habitants :: Le Registre :: Présentations des personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: